icon-cookie
The website uses cookies to optimize your user experience. Using this website grants us the permission to collect certain information essential to the provision of our services to you, but you may change the cookie settings within your browser any time you wish. Learn more
I agree
simon marcoux
1 articles
My Web Markups - simon marcoux
  • as de biais que reconnaissent les auteurs. « Nous n’avons, par exemple, pas pris en compte les relations entre les passagers ni les possibilités de s’en sortir vivant », écrivent-ils. Les scénarios sont très simplistes, trop, critiquent certains chercheurs.« Dans la vie réelle, vous allez avoir plusieurs voies de circulation et plusieurs types de véhicules, des cyclistes, des motos, commente Nathalie Nevejans, maître de conférences à la faculté de droit de Douai et auteur de « Traité de droit et d’éthique de la robotique civile ». « L’environnement routier est complexe. N’importe quoi peut arriver : un sac plastique qui s’envole, une personne garée qui ouvre une portière… » Tant de paramètres que le conducteur humain prend en compte et auxquels il s’adapte avec plus ou moins de réactivité. « Il faut arrêter de croire que les machines prendront toujours de meilleures décisions que les êtres humains, qui peuvent considérer des éléments non accessibles à la machine », appuie-t-elle. À lire aussi Les recommandations des chercheurs pour l’éthique des voitures autonomes Acheter une voiture prête à me tuerL’étude se base ainsi sur un véhicule-type mais toutes les voitures, autonomes ou non, ne se valent pas. « Les choix techniques ont des conséquences éthiques », rappelle Nathalie Nevejans. Un capteur plutôt qu’un autre influence les probabilités de prévoir l’accident. Une voiture autonome bas de gamme sacrifiera-t-elle plus souvent les piétons que son équivalent haut de gamme ?Dans les faits, la commercialisation des véhicules autonomes n’est pas pour demain, quoi qu’en laisse penser l’étude du MIT. « 2040 au mieux, table Fawzi Nashashibi. Et il ne faut pas imaginer qu’ils vont remplacer toutes les automobiles du jour au lendemain. » Au-delà des questions techniques et éthiques se pose celle de l’acceptation par le public : comment saurais-je exactement ce pour quoi a été programmé le véhicule ? Suis-je prêt à acheter une voiture qui pourrait décider de me sacrifier ? À lire aussi Automobile : les lents progrès de la conduite autonome Sur le même thème Renault veut être un nouveau laboratoire social L’accord signé avec les syndicats prévoit de stabiliser les effectifs en France et d’accroître fortement la productivité.... lire la suite automobile robot Publicité CONTENUS SPONSORISÉS Cette astuce bizarre fait fondre votre graisse, même la plus tenace Système Brûleur de Graisse Cette astuce simplissime protègera votre ordinateur gratuitement The Review Experts Mincir du ventre : Un truc simple à faire dès ce soir Science et Bien-Être Le nouveau WiFi Booster met fin à l'Internet cher au Canada Next Tech Algérie, Venezuela, Argentine… Ces pays assis sur des richesses colossales mais qui ne s’en sortent pas Capital Inde : peut-on encore sauver le Gange ? - GEO GEO A LIRE AUSSI SUR LA CROIX Une tendre cour des miracles Le Portugal veut en finir avec l’austérité En Sologne, les Fraternités de Jérusalem créent un Centre Pierre-Marie Delfieux Réagissez Vous devez être connecté afin de pouvoir poster un commentaire Déjà inscrit sur la Croix ? SE CONNECTER Pas encore abonné ? ABONNEZ-VOUS à partir d'1€ Autour de cet article Entreprises Renault veut être un nouveau laboratoire social Economie La voiture autonome, nouvel horizon de l’automobile Éthique Les recommandations des chercheurs pour l’éthique des voitures au... Economie Toyota redonne de l’élan au projet de voiture autonome Uber Publicité Publicité À la une Tout France Monde Culture Religion Entreprises Eiffage veut entrer au capital de l’aéroport de Toulouse Moyen-Orient Les proches des « disparus de Daech » se mobilisent Santé APHP, « Dans ces unités, on accueille des patients dont personne ne veut » Politique Élections européennes, le casse-tête de l’organisation des débats télévisés Politique Élections européennes, le casse-tête de l’organisation des débats télévisés Exclusion Inégalités, la France est encore loin des objectifs de développement durable Politique Européennes 2019 : Le Rassemblement national fait la course en tête France Emmanuel Macron rend hommage à deux « héros » Afrique La contagion djihadiste au Burkina Faso Amériques Offensive contre l’avortement aux États-Unis Europe Le Portugal veut en finir avec l’austérité Asie-Océanie Regain de violences interreligieuses au Sri Lanka TV / Radio Le rouge et le noir de Pedro Almodovar Expositions À la Biennale d’art de Venise, goûtez les chemins buissonniers ! Théâtre Aux Molières 2019, surprises et déceptions Musique Saison 2019-2020 du Met au cinéma, demandez le programme ! France François Salomé, nouveau président de la JOC Pape « Jésus lutte pour supprimer le mal », rappelle le pape François Religion Qu’est-ce que l’incendie de Notre-Dame a réveillé en nous ? Monde L’aumônier du pape s’attire les foudres de Matteo Salvini Publicité Votre Sélection Justice Au procès Balkany, un système familial en accusation Politique Européennes 2019 : Le Rassemblement national fait la course en tête France Un prêtre de Versailles mis en examen pour viol Sécurité Revivez l’hommage national aux deux soldats tués au Burkina Faso Religion Vincent Lambert, un sujet « singulièrement complexe » Politique La République en marche trouve ses premiers alliés en Europe France « Nous ne sommes absolument pas écoutés en tant que laïcs » France « Nous, jeunes croyants, ne sommes pas assez formés à l’esprit critique »
  • Bien qu’intéressante sur nos choix moraux, l’étude et ses résultats ne manquent pas de biais que reconnaissent les auteurs. « Nous n’avons, par exemple, pas pris en compte les relations entre les passagers ni les possibilités de s’en sortir vivant », écrivent-ils. Les scénarios sont très simplistes, trop, critiquent certains chercheurs.
  • e
  • ien qu’intéressante sur nos choix moraux, l’étude et ses résultats ne manquent pas de biais que reconnaissent les auteurs. « Nous n’avons, par exemple, pas pris en compte les relations entre les passagers ni les possibilités de s’en sortir vivant », écrivent-ils. Les scénarios sont très simplistes, trop, critiquent certains chercheur
  • s à la faculté de droit de Douai et auteur de « Traité de droit et d’éthique de la ro
  • que le conduc
  • f
  • s, des cyclistes, des motos, commente Nathalie Nevejans, maître de conférences à la faculté de droit de Douai et auteur de « Traité de droit et d’éthique de la robotique civile ». « L’environnement routier est complexe. N’importe quoi peut arriver : un sac plastique qui s’envole, une personne garé
8 annotations
 vehicle brands 1228